images-1

Travail : Les carrefours de la vie

Dans l’Empire romain, on considérait le carrefour comme un lieu de rencontres magiques. C’est là que l’on prenait, avec l’aide d’Hécate, la Déesse des Carrefours, les décisions liées au destin. Elle éclairait le chemin mais ne suggérait rien. Aujourd’hui, notre parcours professionnel compte quatre grands carrefours qui sont autant de passages obligés :

  • Le  rendez-vous du premier emploi significatif – 
  • Le rendez-vous de la fin de première partie de vie professionnelle
  • Le rendez-vous de crise du milieu de vie
  • Le rendez-vous de la retraite.

Les trois derniers rendez-vous prennent souvent la forme d’une crise de motivation et sont accompagné d’un sentiment de lassitude. « Ce sont des points de passage d’un moteur de la motivation à un autre. Ils concluent un temps d’apprentissage et ouvrent sur une nouvelle période », souligne Fabienne Autier, professeur responsable du cluster Work & Organisation à l’EM Lyon.

Obligations et Initiatives

La première partie de vie professionnelle, jusqu’au second rendez-vous, permet d’apprendre les règles du jeu et les incontournables de son métier. C’est une période marquée par les Obligations. A partir du second rendez-vous, on va chercher à se différencier, à montrer en quoi on est remarquable dans la façon d’exercer son métier tout en restant dans le cadre imposé. C’est une période marquée par les Initiatives.

Le temps des Aspirations

A partir du troisième rendez-vous, à mi-vie, on a envie de faire évoluer les règles du jeu et d’appréhender autrement les choses. C’est une période marquée par les Aspirations avec plusieurs choix possibles.

  • Je tais mes doutes et je me réinvestis comme avant. Je finis ma vie professionnelle sur un mode d’endurance. A l’image de ce responsable informatique dans la banque qui a fini sa carrière les yeux rivés sur la ligne d’arrivée et en serrant les dents.
  • Je décide de me reconvertir en changeant radicalement de métier ou d’univers professionnel. A l’image de ce cadre dirigeant de Saint-Gobain qui a passé un CAP de charpentier de marine.
  • Je décide d’assurer seulement le service minimum dans mon travail. Avec le risque de ne pas se voir proposer de nouvelles opportunités. A l’image de ce responsable de service qualité qui a mis son travail au second plan alors qu’il occupait une place centrale.
  • Je tente de mettre en œuvre dans le cadre de mon travail des activités qui ont du sens. A l’image de ce directeur régional logistique qui a développé un nouveau système de palette. Ce projet innovant lui tenait à cœur car il lui permettait de mettre le pied à l’étrier à de jeunes apprentis.

Vous pouvez vous poser les questions suivantes : Etes-vous déjà arrivé devant un de ces carrefours ? Quelle a été votre réaction ?Quels choix avez-vous fait qui vous a permis de retrouver votre motivation ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *